poèterock

Bienvenue sur mon blog

matin

Classé dans : poesies — 9 avril, 2007 @ 15:50

a des lunes tel que les anneaux du dahlia géant semblent etre le
squelette d’un baiser laissé choir sur la joue du vent
au réveil je devinais la paresse de mes levres titubantes ivres sur le trotoire des paupieres ensablées denudées des spasmes oniriques
sourire ; odeur ; demangeaison, beaucoup d’eau sur les cheveux, delta et corail les reste de toi
horizotal puis vertical ,a la dissolution! a la dissolution! crient les deux sucre en tombant dans mon café

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

dudeworld |
la nuit tous les chats sont... |
Le roseau de Pan |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chroniques essentielles/réc...
| ~ Angelak ~
| salon international du livr...